© 2023 by Name of Template. Proudly created with Wix.com

Etude d'une population d'oiseaux par le baguage

près d'Orléans (France)

Ringing birds on the edge of the river Loire (France)

Lionel FREDERIC

Dispersion et survie juvéniles

Un des principaux atouts du site est d’attirer de nombreux jeunes passereaux en période post-émancipatoire et durant la mue postjuvénile.
Contrairement aux milieux boisés, vite désertés par les familles après l’envol, cette zone humide leur permet de se nourrir pendant plusieurs semaines.
 
Nés sur le site et aux alentours, ils séjournent dans l’annexe fluviale le temps de la mue postjuvénile, avant de partir en migration. En août, ils représentent 78 % des captures !
Les jeunes des espèces plus sédentaires peuvent même y séjourner jusqu’à l’hiver (85 jours chez un jeune Troglodyte, 176 jours de mai à novembre pour une jeune Mésange à longue queue, 105 jours pour une jeune Mésange charbonnière,…).

 

Les juvéniles bagués en mai-juin (avant la migration) présentent une "espérance de contrôle" (taux de survie locale prenant en compte la mortalité et l'émigration) de 11,6 % (17,4 % pour les adultes à la même époque). Cette espérance tombe à 7,5 % pour ceux bagués en juillet-août (mortalité + dispersion des migrateurs ; 12 % pour les adultes). 

Quant aux immatures bagués en octobre et novembre, ils montrent une espérance de contrôle de 11,4 %, équivalente à celle des adultes à la même époque (10,5 %).

 

 

 

One of the main advantages of the site is attracting many young birds during post- emancipatory period and post-juvenile moult.

Unlike woodlands, quickly abandoned by families after fledging, this wetland allows them to feed for several weeks.

Born on the site and nearby, they stay in the river for post-juvenile moult before leaving for migration. In August, they represent 78 % of the catches !

Young birds of more sedentary species can even stay there until the winter ( 85 days for a young Wren, 176 days from May to November for a young long-tailed Tit , 105 days for a young Great Tit , ...).

The juveniles ringed in May-June (before migration) have a "controlling expectancy" (local survival rate taking into account mortality and emigration) of 11.6% (17.4 % for adults at the same time). This expectancy falls to 7.5% for those banded in July-August (mortality + dispersion ; 12% for adults) .

As for immature banded in October and November, they show a 11.4 % controlling expectancy equivalent to that of adults during the same period (10.5%).

 

Locustelle tachetée (Locustella naevia), juvénile volant - 20 juin (G.Chevrier)

Bruant jaune (Emberiza citrinella) , juvénile volant - 7 août (C.Allard)

Taux de retour des natifs

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), juvénile avant la mue - 31 mai

Le taux de retour des natifs quantifie la proportion d'individus, nés sur le site d'étude, qui reviennent les années suivantes pour s'y reproduire.

La mortalité (notamment durant le premier hiver) et l'émigration vers d'autres sites font diminuer ce taux. 

Ainsi, chez la Rousserolle effarvatte, 11 % des jeunes bagués sur le site durant l'année de leur naissance, reviennent les années suivantes. Leur durée moyenne de port de bague est de 611 jours.

 

Ce taux est de 5,2 % chez la Mésange bleue, 7,1 % chez le Rossignol philomèle, 8,5 % chez la Mésange charbonnière, 8,7 % chez le Troglodyte mignon, 6,9 % chez le Grimpereau des jardins et de seulement 3,0 % chez la Fauvette à tête noire (durée moyenne de port de bague = 479 jours).
Il est plus élevé chez le Merle noir (16,2 %) et le Bruant des roseaux (13 %)..

Seuls sont pris en compte, dans le calcul de ce taux, les jeunes bagués après l'envol, en majorité émancipés. A noter aussi que les résultats obtenus sont des minimums car une part indéterminée des jeunes de retour parviennent à échapper aux contrôles.

A noter également qu'une partie de ces natifs reviennent les années suivantes sur le site pour effectuer leur mue.

 

 

The return rate of the native quantifies the proportion of individuals born within the study site, returning the following year to breed.

Mortality (especially during the first winter) and emigration to other sites are reducing it.

Thus, in the Reed Warbler, 11 % of young banded on the site during the year of their birth, come back the following years.Their average length ring port is 611 days.

This rate is 5.8 % for the Blue tit , 7,1 % in the Nightingale, 8.5 % in the Great tit, 8,7 % in the Wren, 6,9 % in the Treecreeper and only 2.3 % in the Blackcap (mean duration port ring = 479 days).

It is higher in the Blackbird (16,2 %) and in the Reed Bunting (13 %).

 

Only are taken into account in calculating this rate, youth banded after fledging, most emancipated. Also note that the results are minimum because an undetermined share of young birds  escape back to the controls. Also note that some of these natives return the following years on the site to complete moult.

Rougegorge familier (Erithacus rubecula), juvénile avant la mue - 6 juillet

Accenteur mouchet (Prunella modularis), le même juvénile avant la mue - 18 mai - (à gauche) et pendant la mue -28 juillet - (à droite).

Référencement bibliographique : 
FREDERIC L. (2018), "Etude d'une population d'oiseaux par le baguage. Avifaune des bords de Loire près d'Orléans" : www.lioric.com. Tous droits réservés.